AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Change everything you are, and everything you were. [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Messages : 40

WHO AM I ?
Rang: Humaine. Juste humaine...
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   Mar 11 Mai - 14:02

Baxter, Billie, Meredith

feat OLIVIA WILDE




• RACE : Humaine. Juste humaine...

• AGE : 31 ans.

• DATE & LIEU DE NAISSANCE : 22 juin 1980, Windsor.

• NATIONALITÉ / ORIGINES : Anglaise. Purement, simplement.

• STATUT : Poupée de luxe. Pense-t-on...

• LIEU DE RÉSIDENCE : Chez les défunts Monsieur et Madame Wade...


©️Beshaped



« People are Strange... »

« Ah, vous êtes deux ?! Ca tombe bien, nous aussi ! »


• PSEUDO : Agnès

• AGE : ahah.

• CODE DU REGLEMENT : Lasher

• COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT RUSSIAN SILENCE ? Par Ace

• DISPONIBILITÉ : 6/7

• UNE DERNIÈRE CHOSE A DIRE ? <3



Dernière édition par Billie Baxter le Ven 14 Mai - 11:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 40

WHO AM I ?
Rang: Humaine. Juste humaine...
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   Mar 11 Mai - 14:02

Partie 1






Chapter 1 • « Sugar Plum Fairy. »



« Très bien Billie, peux-tu nous parler un peu de toi ? Quel est ton nom de famille ?
-Je m’appelle Billie Baxter.
-Où sont tes parents ? Que font-ils dans la vie ?
-Maman m’attend dans le couloir et papa travaille. Il est médecin. A l’hôpital. Et maman… elle fait des habits.
-Elle est couturière ?
-Oui…
-Bien. Quel âge as-tu exactement ?
-J’ai 7 ans et demi.
-Bien. Tu as déjà pris des cours de danse je crois. Depuis que tu as… 4 ans, c’est bien ça ?
-Oui.
-Alors, tu veux bien nous montrer ce que tu sais faire ? Tu as choisi…
-Le Ballet Casse-noisette, de Tchaïkovski.
-Parfait Billie, tu peux y aller. »

L’enfant encore tremblante recula de plusieurs pas, calculant dans sa tête l’espace dont elle aurait besoin pour rendre au mieux sa prestation. Elle n’avait jamais dansé dans un endroit aussi spacieux, c’était une première pour elle. Elle avait peur, et désirait à tout prix réussir. Si on lui donnait une place dans l’école, son père et sa mère seraient fiers. Et elle aussi. « Je veux devenir la plus grande danseuse du monde », avait-elle déclaré à ses parents à l’anniversaire de ses 5 ans. Depuis un an déjà initiée à l’art de la danse, elle s’était montrée douée et persévérante. Son professeur, une vieille femme sévère au grand cœur l’avait prise sous son aile et s’était avérée particulièrement contente de ce gracieux bout de chou. « Elle veut danser ? Elle y arrivera ! Donnez-lui en simplement les moyens », avait-elle répété à ses parents en sous-entendant l’admission de Billie dans une grande école. Et le temps était venu, finalement. Aussi jeune, la délicieuse enfant avait pu prétendre à une place dans la célèbre Ecole de Danse londonienne dont nous tairons le nom.

Le cœur battant, le petit rat délaissa son inquiétude et prit peu à peu possession de l’espace à sa disposition. De gracieux mouvements en demi-pointes réussies, le corps léger de l’enfant sembla s’envoler à plusieurs reprises tandis qu’il se démenait avec souplesse sur les premières notes de la Danse de la Fée Dragée.
Autour de la petite fille, plus rien n’existait. Pas même les regards inquisiteurs des jurés sévères, ni celui, inquiet, de son professeur. Deux minutes, c’est peu, mais cela suffisait à Billie Baxter, petite danseuse âgée seulement de 7 ans (bientôt 8, aurait-elle corrigé) pour s’évader dans son monde à elle, où n’ont de place que la concentration et la perfection.

« Merci. Eh bien mon enfant, je vais te demander de sortir quelques instants avec Mrs Brythe. Le temps que nous prenions notre décision. »

Donner de l’espoir de telle façon à un enfant, pour le lui reprendre presque aussitôt, cela aurait fait fuir certains parents. Mais pas les Baxter, assurément. Leur petit bijou ne pouvait, selon eux, que réussir. N’avait-elle pas après tout le talent, la grâce, et l’ambition nécessaire ? Ah, ils l’aimaient, cette enfant ! Diable que n’auraient-ils pas fait pour elle !

« Billie Baxter !
-Oui, c’est ici !
-Bien Mesdames. Billie… Félicitations. Nous avons jugé que tu avais ta place dans cette école, du moins pour une première session. Je vais dès à présent demander à ta maman de remplir quelques papiers, pour l’usage ».

D’un petit cri de joie, le petit rat manifesta son enchantement avant d‘embrasser sa maman. Rien de trop voyant, il faut se tenir lorsque l’on est danseuse, voyons…





Chapter 2 • « Swan Lake. »




-Billie ! On n’attend plus que toi ! Qu’est-ce que tu fabriques ?!

-J’arrive ! Une petite minute ! Cette épingle ne veut pas tenir !
-Miss Baxter ? Vous croyez peut-être que la troupe peut attendre après vous ? Cessez vos simagrées ! Tout le monde vous attend !

Dans sa douzième année, l’enfant avait enfin accompli la première partie de son rêve : jouer le Lac Des Cygnes devant des centaines de personnes, lors du plus grand Ballet donné par son école. Voilà 5 ans déjà qu’elle attendait cet instant, et il était enfin temps.

Elle était fière, dans son joli ensemble de tulle, et rêvait déjà de voir s’illuminer les visages aux mouvements délicats de ses membres fins. Son père serait là cette fois, pour la regarder. D’ordinaire, il n’était jamais là, mais aujourd’hui il avait délaissé ses gants, ses opérations et ses patients rien que pour elle. Elle refusait de le décevoir, pourtant cette fichue mèche ne cessait de retomber à chaque mouvement sur son front. Pourquoi personne n’était là pour l’aider ? Le moindre détail devait être contrôlé, la petite Billie n’aurait pour rien au monde laissé quoi que ce soit gâcher sa soirée.

-Miss Baxter, votre comportement est inadmissible, j’espère pour vous que cela ne se reproduira pas ! Filez sur scène, la représentation va commencer ! Je vous promets une correction digne de votre attitude à la fin de cette soirée !

Ces mots prononcés bas, entre les dents vieillies de son acariâtre professeur furent les derniers que le petit rat entendit avant de poser ses pieds sur la scène. Le souffle court, elle serrait la mâchoire pour oublier la douleur lancinante provoquée par les ongles enfoncés dans la chair de son avant bras, et demeurer concentrée sur la représentation qu’elle allait bientôt donner en compagnie de ses petites camarades. En 5 ans déjà, elle avait connu la froideur, la pression, les coups de règles, les privations, la dépréciation, mais rien de tout cela jamais ne l’avait découragée. Une volonté de fer dans un petit corps si fragile. Qu’était le mal qu’elle ressentait désormais en comparaison à la fierté qu’elle éprouverait une fois sous les projecteurs ?

Le petit rat se laissa traîner jusqu’au petit groupe en gardant toujours la tête haute, et cette fierté malsaine pour un être si jeune qui déplaisait tant à son professeur. Ou ce pourquoi elle mettait un point d’honneur à s’acharner sur l’enfant prodige, au contraire. Billie Baxter, 12 ans, une enfant bourrée de talent et un véritable modèle de droiture, de persévérance, de discipline. La perfection incarnée, pour ses parents et bon nombre d’adultes, à n’en pas douter. Mais qui vole une enfance, brise un avenir. Peut-être aurait-il été bon d’y penser…

La tête haute, les épaules droites, miss Baxter se libéra de l’étreinte du dragon et s’avança à la suite des petits rats sur la scène illuminée. En pointes parfaitement réalisées, elle afficha une expression des plus sérieuses et vint se placer à l’endroit indiqué pour démarrer le ballet. Si un masque de froideur semblait recouvrir son visage indifférent, la peur n’en martelait pas moins son petit cœur angoissé. Une peur qu’elle refusait de montrer, et même de constater. Rien ne comptait plus que les notes jouées par l’orchestre attenant et les gestes posés dans une parfaite harmonie par sa propre personne et ses adorables collègues. La lumière caressant sa peau pâle et délicieuse, la danseuse se mit alors à tournoyer, exaltée à l’idée d’attirer sur elle les regards les plus brillants de l’assemblée.

La punition qui viendrait, elle l’attendait patiemment. Mais chaque chose en son temps. Sa jolie mèche dorée n’était plus venue lui cacher la vue, et tout était parfait. La perfection dans la perfection, elle n’avait plus qu’à tout donner, et tout serait… oui, parfait.





Chapter 3 • « Requiem for a Dream. »




-Billie ! Tu viens ? On va encore être en retard ! Allez, tu t’es assez entraînée, on est là depuis 2heures de l’après-midi !

La voix cristalline et enjouée d’Evangeline Buckett résonna une fois encore dans la spacieuse et lumineuse salle de danse. Billie Baxter, sa camarade de longue date se contenta à cette remarque d’un léger sourire sans jamais cesser ses étirements. A travers les nombreux miroirs elle distinguait la silhouette fine de son amie, et sans lui accorder le moindre regard, devina ses longs cheveux blonds tout juste propres consciencieusement coiffés par sa propriétaire. Evangeline avait cessé son entraînement depuis déjà un moment et serait bientôt prête à partir. Billie s’apprêtait à la rejoindre, mais elle avait selon encore quelques petites choses à terminer…

-On est jamais prêt pour ce genre d’évènement, Eva. La tournée est deux mois. Je n’aurais déjà pas dû accepter de sortir ce soir…
-Ne dis pas de bêtise ! Tu ne sors jamais ! Tu travailles comme une folle. Tu as bien le droit de te détendre de temps en temps. Tu prends ça trop à cœur Billie. Moi aussi je veux tout donner mais… on nous a laissé ce week end de libre, autant en profiter. On travaille assez le reste du temps.

L’adolescente détourna paisiblement la tête et admira une dernière fois la cambrure de ses reins dans les immenses miroirs adossés au mur. La grâce de ses mouvements n’avait d’égal que le sérieux de la jeune fille à toute épreuve. Les lignes de son corps fin, délicieuses, se prêtaient à merveille aux jeux de lumières et de jambes de l’humaine.

Un dernier sourire, et enfin elle se redressa, satisfaite.

-Je suis fatiguée. Je ne vais pas rester longtemps, je pense…
-Je le savais. Peu importe, on verra bien ! Allez, dépêche toi de prendre ta douche et de t’habiller, je t’attends !


La jeune fille rejoignit son amie en silence, couvrant son corps d’un épais manteau avant de refermer la porte du local derrière elle.

-Tu rapporteras les clefs demain ?
-Oui. En fin d’après-midi. J’ai l’intention de revenir demain matin.
-Tu n’es pas possible ! Tu es parfaite, Billie.
-Personne n’est parfait, Evangeline. Il fait froid, bon sang.
-N’essaie pas de détourner la conversation. Tu as froid ? Que sera-ce à St Petersbourg, alors ?! Il faut vous habituer à l’hiver, jolie danseuse, plaisanta la blondinette en agrippant le bras de sa brune amie.
-Je m’y ferai, ne t’inquiète pas. Mais avant, encore faut-il que l’on arrive jusque là…
-Tu plaisantes j’espère ?! Tu y arriveras, Billie. Moi peut-être pas, mais toi… Miss April a tout misé sur toi. Elle ne le montre pas mais elle croit en toi plus qu’en aucune d’entre nous.
-Ne dis pas de bêtise. On le fera, toi et moi. Mais pour cela il faut travailler. Alors, tu viendras avec moi demain ? Je…


La lumière... La lumière. Puis le choc. Le bruit, les cris. La douleur. Et l’ombre. La douleur ? Comment l’aurait-elle sentie ? Lentement, la nuit…





Chapter 4 • « Funeral March. »




La pluie tombait toujours au dehors.
Billie posa une dernière fois son regard sur la petite chambre d’hôpital dans laquelle elle venait de passer près de 2 mois, avant d’en sortir définitivement, poussée sur son fauteuil roulant par une infirmière potelée.
Dans le couloir, ses parents l’attendaient. Ils étaient pressés de la ramener à la maison; mine de rien, ils l’aimaient, et elle leur avait manqué.

-Comment vas-tu ma chérie ?
Demanda Mrs Baxter en embrassant tendrement sa fille sur la joue.

Son père, quant à lui, se contenta d’une caresse déposée au sommet du crane de sa danseuse étoile. Billie ne l’avait pas revu depuis l’enterrement d’Evangeline, auquel elle n’avait pu se rendre. Il avait accompagné sa mère à l’hôpital cette fois là pour n’y plus jamais remettre les pieds. Trop de travail. Un médecin, c’est très occupé.

-Le Dr Spencer a accepté de te voir Billie. Il te demande de bien vouloir le prévenir lorsque tu seras prête.
-C’est très aimable à lui, merci. Mais je n’ai pas besoin d’un psychologue. En revanche… Le Docteur Hopkins m’a dit qu’il se chargerait de ma rééducation.
-Billie… c’est peut-être…
-Une chance. Il a dit qu’il croyait en moi et que je pourrais probablement retrouver l’usage de mes membres comme avant l’accident. Il pense que c’est possible… avec certes beaucoup de travail mais… je veux le faire. C’est lui que je veux voir. J’aimerais prendre un rendez-vous le plus tôt possible. Ce n’est qu’une jambe après tout…

Les parents échangèrent un regard entendu avec l’infirmière puis avec le médecin, mais aucun d’eux ne se permit de commentaire. Comment oser enlever tout espoir à un destin brisé ? Une telle détermination se voyait rarement dans les propos et les yeux d’une gamine de 16 ans.

Pour Billie, tout était exactement comme avant. Presque rien n’avait changé. Elle avait perdu une amie, l’usage de ses membres, tout cela à cause d’un jeune conducteur fatigué, mais jamais la foi. La troupe était partie la veille même pour St Petersbourg, où elle allait donner sa première représentation. Sans elle. Sans Evangeline. Pour n’importe quelle enfant, un rêve serait alors parti en fumée. Pas pour l’ambitieuse Billie Baxter.

-Partir là-bas, c’était son rêve. Et aussi le mien. Si je ne le fais pas pour moi… je dois au moins le faire pour elle. En tous les cas je refuse de passer l’essentiel de mon existence en fauteuil roulant. Je veux retrouver l’usage de mes jambes le plus vite possible, pas seulement en attendant que cela revienne tout seul. Ces séances ne me coûteront rien, hormis quelques efforts. C’est là tout ce dont on a besoin pour avancer dans la vie. Dr Jackson s’il vous plaît, dites au Dr Hopkins que je démarrerai les séances dès qu’il sera disponible.

Autrement dit quinze jours plus tard…





Chapter 5 • « Boulevard of Broken Dreams. »




-Tu es sûre que ça va aller ?
-Evidemment. Cela ne fait que 2 ans, maman. Ca m’est égal que les gens pensent… que je suis en retard ou… Je peux rattraper deux années. Je vais leur demander qu’ils me reprennent. Je ne serai peut-être pas aussi douée qu’avant mais… il est logique qu’ils me laissent une chance.
-Je l’espère, ma douce…

La jeune femme fit claquer la portière derrière elle et rejetant son écharpe sur son épaule, elle avança d’un pas déterminé vers le grand bâtiment. Celui-là même qu’elle avait visité à ses 6 ans, celui dans lequel elle avait passé sa première audition à 7 ans, et par la suite, celui dans lequel elle avait appris, persévéré, gagné en souplesse, et en beauté.

-Bonjour. Je voudrais voir la direction s’il vous plaît. Miss… April, précisément.
-Je regrette mademoiselle, elle ne travaille plus ici depuis 1 an. Elle a pris sa retraite. Bien méritée, du reste.
-Oh… je vois… hum… puis-je voir quelqu’un d’autre ? J’ai été élève ici et j’aimerais revenir… je voudrais en parler avec quelqu’un… vous voyez…
-Oui je comprends mais… je vais vous faire patienter un moment. J’ignore si quelqu’un est disponible à l’instant.

-Mademoiselle ? Si vous voulez bien me suivre…

Dix minutes plus tard environ, la jeune femme se laissa guider par la nouvelle secrétaire à travers les couloirs et les salles qu’elle connaissait presque par cœur. Les visages avaient changé ici, pas le mobilier ni la décoration.

-Bonjour, miss…
-Baxter.
-Oui… j’ai entendu parler de vous, évidemment. J’ai repris la classe de Miss April. Alors… vous aviez… une requête ?
-Hum… oui comme vous le savez, j’ai passé près de 10 ans dans cette école et… j’ai eu un accident… il y a deux ans. Je n’ai pas pu participer à la tournée…
-Oui… c’est regrettable. J’en suis désolée. Je n’ai entendu à votre sujet qu’éloges et compliments.
-J’ai fait… de la rééducation pendant deux années et mon kinésithérapeute est certain que je pourrais reprendre la danse là où je l’ai laissée… Je… je me doute que ce ne sera jamais aussi bien que ça aurait pu l’être avant mais j’aimerais… si vous le voulez bien… revenir. Etre élève ici, de nouveau et réintégrer une troupe.
-…Mademoiselle je comprends tout à fait vos ambitions et j’imagine à quel point cela a dû être difficile pour vous… mais… on ne rattrape pas deux années ainsi perdues.
-Mais mon médecin a dit que… Je… je peux vous faire une démonstration si vous voulez… passer une audition, comme si…
-Ce sont deux années de perdues, mademoiselle. Deux années de trop. Vous devriez déjà voler de vos propres ailes à l’heure qu’il est, et danser seule dans les plus grandes villes de la planète… Il vous faudrait reprendre quatre années d’entraînement avant de repartir en tournée… si ce n’est plus, avec ce qui vous est arrivé. Je suis désolée. Mais je ne peux rien pour vous. Voyons, vous avez travaillé ici, vous n’ignorez tout de même pas le temps de préparation qu’il faut à un tel évènement… Vous n’étiez pas réellement sérieuse en revenant ici, n’est-ce pas ?
-… Je pensais… hum, très mal, visiblement, tenta de plaisanter la jeune femme en détournant le regard. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Saluez Miss April pour moi si jamais… vous avez l’occasion de la recroiser.
-C’est entendu mademoiselle. Ce fut un plaisir de vous rencontrer…

Lourdement, l’immense porte de bois se referma sur la danseuse déchue. Une porte qu’elle voyait et touchait pour la dernière fois de sa vie.

C’était sur cette porte, que tout avait commencé. C’était par elle que tout allait se terminer.





Dernière édition par Billie Baxter le Ven 14 Mai - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 40

WHO AM I ?
Rang: Humaine. Juste humaine...
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   Ven 14 Mai - 10:58

Partie 2





Chapter 1 • « Rock around the Clock. »




Après maintes déceptions, beaucoup abandonnent. Certains pourtant s’accrochent alors que tout semble perdu. La science n’expliquera jamais le cas de ses patients soudain guéris, alors que tout portait à les croire condamnés.

Billie Baxter fait parti de ces gens qui ne s’avouent jamais vaincus. C’est une femme qui masque à la perfection ses déceptions, à vous faire demander si elle ne souffre pas d’un cruel manque de sensibilité. Incapable de ressentir le moindre chagrin, la moindre compassion, vous dites ? Peut-être comprendrez-vous au fil de cette histoire que ce n’est pourtant pas le cas.

Mrs et Mr Baxter n’avaient jamais vu leur fille autrement qu’en petit rat de l’opéra, qui pour eux deviendrait l’une des plus grandes danseuses étoiles de sa génération. Bien malheureusement, le destin en avait désiré autrement. Mais lorsque tout le monde vous prête un but, et vous définit en des termes bien précis, ne pensez-vous pas qu’il est difficile de se détacher de sa condition ?

-1, 2 et 3 ! 1, 2 et 3 et tournez ! Parfait. On dirait que vous avez fait cela toute votre vie.
-Ce n’est pas loin d’être le cas.
-La danse n’a pas forcément besoin du classique pour exister. Enfin, vous me comprenez. Vous avez votre place dans ce domaine, croyez-moi. Votre départ est-il toujours prévu pour le mois prochain ?
-Oui. J’en ai assez de l’Angleterre. Peut-être… pourrais-je vivre ma vie là-bas en donnant des cours de danse…
-Je n’en doute pas une seconde. Vous aurez votre diplôme, Billie. Qui ferait la différence entre vous et moi à présent ?

Le sourire charmeur du beau danseur, Billie ne l’oublia jamais, et ce même si plus jamais elle n’évoqua cet homme dans le futur.

Affublée d’un titre pour toute compensation de son rêve brisé, la jeune femme alors âgée de 22 ans dépensa sans compter la fortune de papa et maman pour préparer son départ vers l’Amérique. Touchée par une autre culture, c’était à présent là-bas qu’elle désirait évoluer. C’était à l’époque une décision mûrement réfléchie et qu’elle ne regretta jamais par la suite.

Les changements radicaux apportent souvent un bien-être certain.







Chapter 2 • « So sexy le ciel de Californie. »




-Vous fréquentez trop les mexicains, ma chère.
-Et vous pas suffisamment.
-Grand dieu ! La danse n’excuse pas tout.
-Ce sont des gens charmants.
-Qui vous prennent tout votre temps, visiblement.
-Je n’aime pas que l’on se permette de juger ma vie et mes fréquentations en n’en connaissant qu’une piètre partie.
-Hum… Vous avez raison. Cigarette ?
-Volontiers.

La puissante auto dont nous tairons la marque s’arrêta dans la cour du grand bâtiment. En homme galant, Mr Wildmore, comme tant d’autres avant lui, vint ouvrir la portière de sa passagère avant de sortir à son bras.

Qui, entre tous, aurait reconnu en la personne de cette femme pleine d’assurance, fumant cigarette sur cigarette au bras de grands de ce monde, presque chaque semaine rendue dans ces soirées de L.A que l’on appelle « branchées », l’autrefois danseuse et si sérieuse Billie Baxter ?

-Votre compagnie me ravit, ma chère.
-Et c’est là un compliment que je ne vous retournerai point.
-La classe anglaise dans toute sa splendeur ! Comment êtes-vous, avec un homme qui prend tant soin de vous !
-Ne soyez pas ridicule. Nous savons tous les deux quelle est la fin de notre relation. Vous avez besoin d’une belle femme pendue à votre bras pour dorer votre image et moi de sortir.
-Et d’argent…
-Rien ne vous échappe.
-Allons, mon amie, j’en ai vue d’autres avant vous.
-Et cela ne vous dérange pas plus que cela.
-Assurément, non. Et je préfère votre compagnie à celle de toute autre…

Un léger baiser déposé sur la main de sa belle, l’homme l’abandonna ainsi à quelque âme charitable, vaquant à ses propres affaires. Et Billie dansa, charma, et rabroua avec finesse une bonne partie de la nuit, avant de regagner la chambre d’hôtel de son riche californien, qu’elle quitta sans un mot au petit matin. Comme à chaque fois…







Chapter 3 • « New day, new dawn, new life. »




A bout de souffle, l’homme abandonna sa cavalière aux bons soins d’un danseur plus endurant. Un dernier tour sur elle-même et la brune fatale était déjà aux mains d’un énième inconnu, qui, saisissant ses hanches avec langueur, la ramena à lui de la plus sensuelle des façons. Voilà bien longtemps qu’elle n’avait point eu de partenaire dans le ton. Saisissant, prévenant, déterminé… Le regard de la jeune femme plongea dans le sien quant enfin elle se trouva face à lui, main dans la sienne et l’autre contre son torse dévoilé par les quelques boutons non fermés d’une chemise savamment repassée.

Lui ? Il l’avait plus ou moins observée durant la soirée. Tout comme l’inverse, d’ailleurs. Il n’était pas désagréable à regarder. Un bel homme discret et peu loquace qui attirait malgré tout par son mystère et son envoutant regard. Et visiblement, un danseur de talent, qui entraîna rapidement sa cavalière dans un parfait duo que tous contemplèrent avec admiration en se retirant progressivement de la piste qui leur appartint tout entière.

Eut-elle jamais trouvé accord si parfait entre les bras d’un autre ?

Leurs deux corps ne firent plus qu’un au son des cuivres diffusé par l’orchestre. Pas un mot elle n’échangea avec lui, tout juste un regard, ou deux, et se laissa guider avec plus de facilité qu’avec aucun autre. Ses mains explorèrent des endroits jamais visités par ordinaire inconnu, et maintes fois elle sentit son souffle glacé dans sa nuque dégagée.

Aux dernières notes en revanche, il disparut, la laissant pantoise et délicieusement ravie, certaine d’avoir trouvé là et pour la première fois un partenaire à sa hauteur, et avec prétention… digne d’elle.

Elle aurait pu chercher à le revoir, le retrouver parmi la foule, mais ce n’était guère dans les habitudes de Billie Baxter. Une rencontre est magique en cela qu’elle conserve un certain mystère. Billie le pensait fortement, et n’aurait pour rien au monde cherché d’elle-même à rejoindre le seul homme qui était parvenu à la faire rêver, au moins le temps d’une danse.

-A terre mains sur la tête ! Je descends le premier qui bouge, c’est compris ?! La caisse ! Dépêche ! Toi ! Les bijoux, les montres… tu récupères tout ce qui a de la valeur et tu me l’apportes. Allez !

De marbre comme à son habitude, la danseuse haussa un sourcil dubitatif avant de s’exécuter devant cet homme cagoulé et tristement habillé. Activement et pourtant sans précipitation, elle ôta accessoires de valeur et bijoux aux clients de ce bar branché, avant de se diriger d’un pas nonchalant vers le braqueur. Arrivée à sa hauteur, un détail attira son attention, et un sourire aux lèvres, presque certaine d’avoir raison, elle releva la tête, et chuchota sans mal à l’adresse de cet homme :

-Les malfaiteurs s’en sortent mieux en prenant des otages.

Le regard surpris qu’il lui lança l’emplit soudain de fierté. L’espace de quelques secondes elle l’avait déboussolé. Mais n’était-ce pas là après tout une brillante idée ?

La gorge saisie, le bras de cet homme fermement replié sur sa poitrine, Billie Baxter se retrouva rapidement en position d’otage, comme elle l’avait insinué. D’une main, elle récupéra le sac du voleur et se retint à lui de l’autre, frôlant dangereusement le pistolet du maître du bout du menton.

Le temps de quelques menaces supplémentaires et de pas malhabiles, le couple se retrouva bientôt à l’extérieur, hors de portée. La danseuse fut projetée à l’avant d’une voiture dans laquelle elle s’installa sans rechigner, et laissa son chauffeur démarrer sur les chapeaux de roues. Rapidement ce dernier ôta sa cagoule et ainsi étira d’un léger sourire les lèvres de sa passagère.

-Comment avez-vous su ?!
-Et vous ?
-Tsss…
-Votre montre. Vous avez oublié de l’enlever. Et… vos mains au moment de récupérer les bijoux… ont confirmé mon hypothèse.
-Une chance qu’il n’y ait que vous qui l’ayez remarqué.
-Comment pouvez-vous en être sûr ?
-Hum… si jvous ldisais, vous ne me croiriez pas.
-… Pourquoi braquer un bar dans lequel vous venez juste de prendre vos aises ?
-Je fais du repérage. C’est très utile… pour les personnes… comme moi.
-Comme vous ?
-Et vous alors. C’est dans vos habitudes de vous faire enlever par des pilleurs ? Vous cherchez quoi au juste ?
-Je suppose… un peu d’aventure. Dans une vie triste à pleurer…






Chapter 4 • « I love you Honey Bunny. »




-Ferme la ! Ecoute-moi bien. Si tu parles à la police… si tu racontes quoi que ce soit… je dirai tout à mon « petit ami » et il viendra lui-même te faire sauter la cervelle ! C’est compris ?!

Le boutiquier acquiesça sans demander son reste, tremblant, et tomba à terre mains sur la tête, effondré. La braqueuse quant à elle indifférente à ses pleurnichements de petit garçon, ôta la pointe de son arme de la nuque de sa victime et se saisit du contenu de la caisse avant de disparaître par l’arrière-boutique. Les méfaits achevés, elle rejoignit l’homme qui l’avait abandonnée quelques minutes plus tôt, le retrouvant aux prises d’une charmante jeune fille dans une voiture de luxe qu’il semblait prêt à conduire.

La jolie brune s’avança discrètement, constatant malgré elle les ébats fiévreux auxquels son homme s’adonnait avec ce qui pourtant aurait dû être une parfaite inconnue, puis s’arrêta à hauteur de la décapotable.

De passionnés en langoureux baisers, l’homme pourtant bien occupé finit par se redresser et croiser son regard inexpressif.

Un sourire, un clin d’œil complice échangé, et la braqueuse déjà était loin, sac rempli de billets dans une main, et d’objets précieux de fille à papa dans l’autre.

Fière de son rapt, elle s’installa dans la vieille Rolls et attendit patiemment l’arrivée de sa moitié…

-Bien joué, bébé. Elle a rien capté.
-Tu t’en es tenu aux baisers, j’espère…
-Hinhin. Tu as été trop rapide pour que j’aille plus loin. Viens par là.

Un bras autour de son cou passé, un baiser sur ses lèvres déposé…

-Et toi avec le vieux, ça a été ?
-Je crois que le monsieur n’a pas aimé tes tours de magie… confirma l’intéressée en montrant à son homme la quantité de billets qu’elle avait amassé…
-Ahah ! Cette fois je crois qu’on est carrément prêts pour L.V, Honey !


[…]


-A nous, ma Billie ! A nos heures de gloire et notre liberté… et… un bon anniversaire…


L’homme déposa un baiser sur les lèvres de la jolie danseuse avant d’avaler sa coupe de champagne d’un trait.

La musique ne les dérangeait pas, le bruit des machines non plus, ni les cris victorieux et les pleurs de certains clients, et moins encore le bruit des pièces dégringolant dans leurs casiers respectifs. Las Vegas, mes amis. Le gros du casino, du jeux et du luxe à profusion….

En un coup de reins aguicheur, Miss Baxter se redressa en admirant à son doigt l’anneau que venait de passer son soupirant incontesté. Un cigare aux lèvres, son homme lui adressa un clin d’œil dévastateur et lui fit signe d’un geste de la main de prendre congé : la partie n’était pas terminée.

Il avait déjà remporté plus de 10 fois sa mise, et ce n’était que le début. Il lui avait promis des vacances au soleil, un mariage de rêve et une lune de miel parfaite, et rien ni personne n’aurait pu l’arrêter.

Assise sur son tabouret de bar, sirotant sensuellement un cocktail léger à la liqueur de fraise, Miss Baxter contemplait la scène avec une assurance certaine. Croisant ses longues et fines jambes jusqu’à les dévoiler chaque fois un peu plus, elle souriait faiblement à chaque homme assis autour de cette table dont elle croisait le regard honteux de s’être fait prendre au piège de son plongeant décolleté.

De minute en minute, un joueur supplémentaire tombait aux prises du couple infernal. D’ici la fin de la soirée, les jeunes fiancés auraient de quoi s’offrir ad vitam un repos bien mérité sur la plus chère des îles privées…






Chapter 5 • « Twist and Shout ! »




-Il nous reste combien, exactement ?

-Hum… assez pour vivre encore sans nous soucier de rien… répliqua le beau brun en allumant la radio. Mhhh… années 60, pour ravir mademoiselle…

D’un pas léger, il pivota, tendit sa main à sa compagne et l’entraîna rapidement dans un rock’n’roll décontracté.

Après le luxe, le faste, ils avaient tous deux opté pour la tranquillité, et dans un vieil hôtel de passage, sur une route plus ou moins abandonnée, avaient déposé bagages pour un temps incertain. Rien ne les préoccupait vraiment, hormis leur confort personnel, et, pour miss Baxter, leur avenir commun.

-Oui, mais on ne va pas passer notre vie ici… il va bien falloir… que l’on se décide à bouger…

-Faire des projets ?
-Exactement…
-Hum, mais… on a tout le temps pour ça…
-Le temps passe trop vite…

Des mains aventureuses de son amant, elle effleura le bout des doigts, et penchée en avant, se laissa tomber puis aussitôt retenir, épousant les mouvements de son torse à chaque respiration.

-Tu as raison, avoua-t-il simplement en lui mordillant l’oreille. De quoi as-tu envie ?
-Hum… là, maintenant ? Eh bien… nous pourrions peut-être y réfléchir ensemble…
-Hin hin. J’ai moi-même, vois-tu, mon petit avis sur la question…

D’un mouvement de hanches aguerri, l’homme bascula au dessus de sa partenaire et saisit sa taille avec ardeur, tout entier qu’il était pourtant occupé à couvrir ses épaules de brûlants baisers.

-Après la danse, la récompense… souffla-t-il au creux de son oreille, fou de désir pour elle.

A cette réplique, sa bien-aimée ne put qu’échapper un léger rire, laissant se défaire un à un les boutons de son chemisier, aussi impuissante que consentante…

-Je pourrais crier au viol, tu sais ça ?

-Je ne crois pas Miss Baxter. Ce bel anneau doré jouerait fortement en votre défaveur. Vous serez bientôt Mrs Wade, et entièrement mienne…


On pourrait croire que vivre en compagnie d’un sorcier n’est pas de tout repos. Pour Billie Baxter, c’était devenu la routine. Reconvertie en princesse de l’arnaque, elle avait suivi Ace Wade, sorcier exilé de sa communauté et expert en braquages et vols discrets, et frimait désormais sur les routes en sa compagnie. Les tourtereaux fréquentaient les endroits les plus huppés, dormaient dans des hôtels cinq étoiles et vivaient au jour le jour du bien d’autrui. La jolie danseuse était là bien loin du destin qu’on avait cru un jour lui prêter. Et vous savez quoi ? Cette nouvelle vie lui plaisait. A tel point qu’elle en avait presque oublié les pointes et les ballets.

L’on dit pourtant que le passé revient au galop…






Chapter 6 • « Together we’re invincible… »




-Ca va aller Billie, c’est bon. Et vous foutez lui la paix, elle a rien à voir avec tout ça.
-Vous êtes sa complice mademoiselle ?
-Jvous dis qu’non ! Lâchez la. On a fait un marché bordel !
-Mhhh… c’est vrai. Emmenez-le. Quant à vous…. Ne tentez rien qui pourrait me faire revenir à vous.

Ce furent les dernières paroles que prononça l’homme à l’adresse de Billie avant de disparaître dans l’auto aux vitres teintées, Ace assis et menotté à l’arrière. Cet homme n’était pas de la police, Ace lui avait parlé d’un membre d’une organisation secrète associée au monde surnaturel. Ils avaient parlé longuement avant qu’Ace accepte de se rendre à la police. Pourquoi ? La danseuse ne comprenait pas, mais elle avait été épargnée. Pour quelles raisons valables ? Elle n’en avait aucune idée ! Pourtant Ace allait être enfermé en prison, et elle était toujours là. Seule, mais libre. A l’exception près que si elle continuait à vivre comme avant, elle n’aurait plus la magie d’Ace pour la protéger et serait bien vite retrouvée par cet homme, et elle aussi condamnée.

Qu’allait-elle faire sans le seul homme qu’elle avait jamais aimé ?

[ ... ]

-Par ici, Miss Baxter…

La jeune femme n’accorda aucun regard au policier quand ce dernier désigna une chaise dans l’étroite pièce d’entretien. Froide, hautaine, elle ôta son sac de son épaule et s’installa face à la vitre, jambes et bras croisés, attendant patiemment l’arrivée de son fiancé.

-Comment tu vas ma belle ?
-Bien. Et toi ?
-Comme un roi dans son palace !
-Ahah. Un palais vide alors. Surveillé. Et sans eau courante.
-Hey ! Ca va aller d’accord ?! J’ai pas l’intention de rester ici pendant 6 mois !
-Ah non ? Hum, peu importe. Tiens, c’est pour toi.

De son sac, la jeune femme extirpa une enveloppe qu’elle fit glisser sous la maigre ouverture de la vitre, en direction de son compagnon.

-Je suis désolée…
-Tssss… Comment ça se passe pour l’héritage… jveux dire… maintenant que jsuis là je peux rien toucher…
-Quand tu seras libre tu pourras réclamer ton dû.
-Ouais… génial. …Jvais bientôt sortir. Jte lpromets !
-Ne me dis pas que...
-Ecoute... je vais pas moisir ici ! Et puis... cet héritage, c'est une très bonne nouvelle !
-...Qu'est-ce qu'on va devenir ? Tu as l'intention d'aller là-bas ?
-St Petersbourg... c'est loin d'ici. C'est ce qu'il y a de mieux pour nous. On va sdébrouiller, d'accord ?! Comme on l'a toujours fait. Tout va bien se passer, je te le promets...
-La visite est terminée !
-Quoi, déjà ?
-Allez, ça suffit !
-... I love you, Honey !

[...]
Trois mois plus tard, Ace Wade avait tenu sa promesse. Sorti de prison par ses propres moyens, il avait ainsi fait un pied de nez terrible à l'Amnistia et s'était arrangé pour récupérer la maison de ses défunts parents à St Petersbourg. Le tout à l'abri ds regards officiels, bien entendu.

-On va être bien ici... Je comprends pas, c'est la maison qui te plait pas ?

-La maison... la maison est parfaite. Et tout me va... Je vais bien... Je vais bien puisque tu es là...

Cherchant les lèvres de son compagnon, la danseuse déchue y déposa bien vite un amoureux baiser, avant de basculer sur le lit à ses côtés.

St Petersbourg, la ville de ses rêves dans un lointain passé, était enfin à ses pieds. Ace était de nouveau libre et tous deux avaient une maison, un endroit bien à eux et suffisamment d'argent pour y vivre. Elle l'aimait, et il était désormais rien qu'à elle, mais éperdument, elle souffrait. Oui, elle souffrait chaque jour en repensant à son destin brisé, et plus encore en passant devant l'imposant théâtre Mariinsky qui avait reçu sa troupe autrefois... sans elle.

-J'aurais dû connaître cette ville depuis longtemps déjà. C'est un peu... pesant, de replonger aussi violemment dans son passé. Ce n'était pas une chose... à laquelle je m'attendais.

-Tu veux qu'on aille ailleurs ? On peut bien...
-Non... non je t'assure. Ici c'est... c'est parfait. Je vais m'y habituer. Laisse-moi juste du temps. Mais j'y arriverai. Je... je me sais capable de faire... absolument n'importe quoi pour toi... Tout ira bien... tant que tu seras là...





« THIS IS THE END. »







Change
Everything you are
And everything you were
Your number has been called
Fights, battles have begun
Revenge will surely come
Your hard times are ahead
Best,
You've got to be the best
You've got to change the world
And you use this chance to be heard
Your time is now...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 40

WHO AM I ?
Rang: Humaine. Juste humaine...
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   Lun 17 Mai - 15:15

c'est terminé je pense ^^

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Vous avez lu l'histoire de Bonnie and Clyde ?
Comment ils ont vécu, comment ils sont morts ?
Ca vous a plu, vous en demandez encore ?!
Eh bien écoutez l'histoire de Billie & Ace...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psychedelicious witch
avatar

Messages : 172
Age : 35
Localisation : Sur mes pieds. Les deux.

WHO AM I ?
Rang: Sorcière de l'Assemblée
Pouvoir(s): Medium, Télépathe, Don de guérison
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   Lun 17 Mai - 18:34

Bienvenue !


« La vie oscille comme un pendule, de la souffrance à l'ennui ».
Arthur Schopenhauer





« Bonjour,

Jouet du temps, fragile représentant de la race humaine, il semblerait que vous ayez été choisi pour détenir le Secret. Vous, élu, si vous ne l'êtes pas encore, serez très bientôt élevé au rang de privilégié ! Il y a dans ce monde de nombreuses choses à découvrir !
Prenez donc ce briquet et ces quelques billes d'argent, des herbes aromatiques et autres amulettes, vous pourriez en avoir besoin dans votre exploration... »





(c) Ice cream
Bienvenue à vous au sein de notre communauté. N'ayez pas peur mon ami, vous êtes officiellement des nôtres et c'est avec joie que je vous invite à explorer les lieux. Pensez à remplir quelques formalités d'usage: fiches de liens, de RP, demandes d'habitat, de rang... Une fois cela fait, n'hésitez pas à vous amusez un peu et à écrire tant que vous le pourrez. Vous êtes ici pour cela après tout. Je me ferais une joie d'être votre guide parmi nous, si vous avez des questions ou des doutes. Soyez sans craintes, je ne vous ferais aucun mal, ce n'est pas dans mes habitudes.
Je suis au regret de vous quitter, j'ai une réunion sous peu et un rituel à terminer.

Soyez heureux !

Oh, je ne vous ai pas dit ! C'est là une belle fiche, gracieuse arnaqueuse ! Prenez garde toutefois, la justice finit toujours pas nous rattraper...

Leandra E. Wilson


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dazzle me...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Change everything you are, and everything you were. [DONE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Change everything you are, and everything you were. [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Russian Silence :: 
" You're the One that I want ! "
 :: 
Fiches Validées
 :: 
" Promenons-nous dans les bois... "
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit