AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Give me a reason… [ Elena ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Messages : 41

WHO AM I ?
Rang:
Pouvoir(s): Celui d'être libre.
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Give me a reason… [ Elena ]   Mer 21 Juil - 17:08


Elena. Voilà bien longtemps que je ne l’ai point revue. A Paris, je quittai mon studio ridicule et mes bouquins pour aller la voir danser, souvent. Je connaissais ses horaires par cœur et savait précisément quand elle serait là ou non. Parfois je m’y rendais seul, parfois j’y suivais quelques « amis », histoire de faire comme tout étudiant considéré comme « normal », aux yeux du commun des mortels. Je n’ai jamais été un véritable fêtard, du moins pas du genre à sortir en boîte et à m’envoyer de l’alcool fort dans les tripes jusqu’à 5h du matin. Mais pour elle, je faisais l’effort de sortir en ville, d’affronter les blocs de béton et l’air impur et m’engouffrais dans ce charmant café presque une fois par semaine, soit pour la voir danser, et alors je demeurais tapis dans l’ombre en sirotant un cocktail léger jusqu’à repartir sans lui avoir adressé un mot de la soirée, soit pour discuter, et je lui offrais un verre et la payais suffisamment pour l’avoir en ma compagnie le reste de la soirée. Une fois ou deux, il nous est arrivé de nous retrouver à l’extérieur, tout à fait par hasard. Une fois dans un parc, l’autre dans un supermarché. Elena est une femme incroyable. Quand je la regardais, je n’ai jamais vu en elle la femme qui se vendait, froide et hautaine, manipulatrice, se donnant une image de parfaite séductrice pour savourer dans l’ombre ses pulsions sexuelles. Je ne l’ai jamais regardée comme un morceau de viande s’offrant librement à des milliers d’yeux, d’hommes et de femmes. Depuis le premier soir, sa présence m’a subjuguée. Cette femme ne respire non pas la luxure et la tentation à mes yeux, mais la vie. L’expérience, le rêve mêlé au chagrin, la mélancolie. Tout un univers parallèle, fabuleux, qu’on ne peut pénétrer sans avoir au préalable obtenu sa permission. Et qui peut donc l’y accompagner si personne ne le voit ? A force de patience, je dirais que je suis parvenu à obtenir une place, aussi infime soit-elle, dans son monde. Nous nous sommes fait des confidences, à moins qu’elle ne m’ait menti, je connais une partie de son existence passée. Un semblant de ses rêves, également. L’artiste délicieusement, parfaite. Brisée.

J’ai revêtu un costume prêté par Jeremiah à l’occasion. Sur le flyer que j’ai encore sous le nez, le Bloody Mary m’a l’air d’un endroit particulièrement branché. Et, à entendre Belian, la patronne n’y laisse pas entrer n’importe qui… Je ne dois pourtant pas être si imprésentable puisque le gorille de l’entrée me laisse pénétrer le bâtiment après un bref coup d’œil peu flatteur. Sans bruit, je froisse le papier au fond de ma poche et commence à explorer les lieux. Dieu qu’il est difficile de braver la foule après des mois passés dans la nature au milieu des vaches et des serpents ! Je n’ai plus l’habitude de fréquenter autant de monde, plus l’habitude non plus de me retrouver dans des espaces aussi restreints, et j’ai le sentiment bientôt d’étouffer. Aucun risque pourtant, je ne suis ni asthmatique ni agoraphobe, mon cerveau ne fait que me donner de braves illusions.

J’ai beau guetter, chercher, voilà bientôt près d’une heure que je suis ici et toujours rien. Les danseuses ne ressemblent pas à mon Elena, et réclamant une boisson pour la forme à l’un des barman, j’en profite pour demander si une danseuse française du nom d’Elena travaille bien ici. Le froncement de sourcils qui accompagne la réponse du jeune homme ne me satisfait guère et me pousse à en demander davantage. Je lui explique alors la situation et lui dévoile ma véritable identité, au risque de me faire mettre dehors. Oui, je suis un clochard, ou presque, mais j’ai quand même de quoi me payer un verre. D’ailleurs, je lui sors la monnaie d’avance et il m’exécute lorsqu’il me demande de patienter à une table et de ne surtout pas bouger.

Docile, et plein d’espoir, j’attends donc, durant, dix, vingt minutes, quand enfin, et alors que je n’y croyais plus, je la vois arriver. Un sourire imperceptible se dessine sur mes lèvres quand elle daigne enfin tourner la tête vers moi et, sans l’once d’un sourire éclairant son visage, je la regarde s’avancer sévèrement vers la table où je suis installée. Quelques têtes se retournent sur son passage mais, majestueuse et fidèle à elle-même, elle n’y prête pas même attention.

Je me lève et saisis sa main avant d’y déposer un baiser lorsqu’enfin elle arrive à ma hauteur, puis me penche comme pour lui servir une révérence.

-Bien le bonsoir, gente dame.

Au fond d’elle-même, je la sens surprise de me revoir ici. Mais quand à dire si elle en est heureuse ou non… Sans doute que oui, car alors elle n’aurait pas accepté de s'entretenir en ma compagnie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Give me a reason… [ Elena ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Russian Silence :: 
••• ST PETERSBOURG | Quartier Souterrain •••
 :: 
Le Bloody Mary
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit