AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Mar 1 Juin - 18:08

Newton Ava Nyx

feat Jessica Stam




• RACE : Humaine

• AGE: 25 ans

• DATE & LIEU DE NAISSANCE : 07.07.1985

• NATIONALITÉ / ORIGINES : Anglo-suédoise

• STATUT : Musicienne-concertiste et compositeur

• LIEU DE RÉSIDENCE : Une Maison dans un village voisin


©️Linjae


Spoiler:
 


Dernière édition par Ava N. Newton le Jeu 3 Juin - 11:02, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Mar 1 Juin - 18:11

« Who are you ?! »

« Who ?! Who ?! Who ?! Who ?!! »


    • « WHO DO YOU THINK YOU ARE ? » Et si tu me parlais un peu de toi, mon chou ? Voyons, installe-toi sur le divan et raconte moi ton histoire ! Tu es libre de me dire ce que tu veux, m'enfin, n'oublie pas que c'est mieux si j'en sais un maximum sur toi... Ton enfance, ta façon de voir les choses, tes relations, tes goûts, les étapes importantes de ta vie, ton caractère, tes envies, tes particularités, ta transformation peut-être ainsi que ta place ici... sache que tout cela m'intéresse, mon ami !


    On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.
    Blaise de Montluc

    ~¤~


    « C'était la musique. Oui, c'était elle qui m'avait attirée. Alors que j'errais dans la rue, je l'entendis. Aérienne et triste. Je l'ai suivie, parce qu'elle m'appelait. »
    Extrait du journal d'Ava Nyx Newton, 10 Novembre (7 ans)



    Les notes s'élevaient sinueusement, légèrement stridentes aux oreilles de l'enfant avant de sombrer dans les limbes du silence. Un coup d'archet et il n'y eut plus rien qu'une tension muette. Aphone et pourtant présente. Tellement présente, que la fillette sentit son cœur s'oppresser d'une langueur mordante. La mélodie sans note ni rythme chantait au creux de ses oreilles. Elle voulut l'attraper dans ses petites mains. Aussi, elle tendit les bras vers la musique endormie puis les reposa sur son cœur. Mais elle disparut.

    L'enfant rouvrit ses grands yeux d'un bleu ciel clair. D'un bleu étrangement délicat et à la fois aussi froid que l'hiver. Debout dans l'entrebâillement de la porte elle restait immobile, émue et inconsciente des regards qui se tournaient un à un vers elle. Ils la fixaient, tous, comme si elle venait d'un autre monde. Une petite poupée diaphane au visage de porcelaine encadré de soigneux cheveux d'un blond doré. Elle, ne pouvait détacher son regard de l'instrument, un violon, tenu par une main légèrement mate. Une main aux doigts d'une longueur et d'une finesse incomparables. Elle sentait une magique virtuosité s'en dégager. Relevant son faciès, elle rencontra le visage d'un homme aux yeux d'un gris tendre. Elle l'observa longuement alors que les chuchotis s'élevaient autour d'elle. La classe s'agitait. Les questions sans réponse fusaient dans les esprits. Mais elle ne disait rien, ne bougeait pas. Elle détaillait chaque trait de son visage comme pour l'imprimer dans sa mémoire telle la plus somptueuse des peintures. Il y avait dans le regard de cet homme de la curiosité. Une indiscrétion polie qui ne s'adressait qu'à elle. Il y vrillait encore la flamme de la passion. Chaude et séduisante. Elle aurait voulu la toucher. Mais c'était impossible. Ce feu n'appartenait qu'à lui. Elle l'avait comprit, elle, petite fille dans l'âge que l'on croie encore innocent. Aussi, elle prit place dans la salle alors que le cours de solfège reprenait son courant.

    A la fin du cours, aucun enfant n'osa lui adresser la parole. Ils lui jetaient des regards en biais à la fois curieux, intrigués mais aussi effrayés. Il émanait de cette enfant une énergie aussi dense que distante. Cependant, le professeur s'approcha d'elle, intrigué.

    « Que fais-tu ici ? »
    « Je sens la musique », répondit-elle d'une voix assurée.
    Ava tendit au professeur une feuille et partit. Le quadragénaire contempla le papier, amusé. Alors qu'il la pensait copier sagement ce qu'il avait inscrit sur le tableau noir à la craie, il n'y vit qu'un dessin. Une musique esquissée sur un morceau de papier. Le monde, à travers les yeux d'une enfant. Son monde, à lui, raconté par les coups de crayons de cette enfant. Un sourire évasif étira ses lèvres, soudain perdu dans ses propres songes.



    ~¤~ ~¤~





    « Je les observe, jour après jours, s'animer autour de moi avec véhémence. Ils se croient tous tellement parfaits qu'ils en oublient l'essentiel. Leur propre arrogance leur voile les yeux. Au jeu de l'autruche, ils sont probablement les meilleurs. Père, mère, Diana. Becca, quant à elle... l'on ne peut passer toute une vie sans faire un choix. Ils n'entendent pas. Et pourtant, moi, je te sens crier ton existence. Avec force. Mais tes notes s'envolent avant de se briser au sol. »

    Extrait du Journal d'Ava Nyx Newton, 9 Janvier (17 ans)



    Une vingtaine de livres et de partitions jonchaient la pièce, éparpillés de ci, de là. Au milieu d'un multitude de feuilles griffonnées de notes, raturées, corrigées, l’on pouvait apercevoir une jeune adolescente. Mince, sa silhouette élancée et ferme dégageait une étonnante énergie. Une passion ardente. Ses cheveux blonds étaient tirés en une stricte queue-de-cheval qui libérait les contours de son visage d'une pâleur laiteuse. Son faciès d'enfant s'était affiné, aiguisé, avait pris cet air de jeune féminité féline. Penchée sur un devoir de musique, elle composait de sa plume fine une analyse pointilleuse sur Le Kleines Flötenkonzert de Wilhelm Popp. Rebecca s'introduisit furtivement dans la chambre d'Ava et la prenant par surprise la pinça au niveau des hanches. Un petit cri aigu échappa à la jeune musicienne.

    « Becca », fit-elle sur un ton réprobateur.
    « Avaaaaa ! »
    Elle entoura son aînée de ses longs bras fins alors que celle-ci se retourna et la chatouilla. Rires et cris amusés se joignirent. Les deux jeunes filles finirent leur bataille, allongée sur le lit pouffant gaiment. Un an les séparait l'une de l'autre. Pourtant, lorsque l'on portait un regard sur elles, leur ressemblance frappante, leur caractère opposé et complémentaire, on les aurait cru jumelles tant leur relation était fusionnelle. Lux et Nyx. Le jour et la nuit. Elles partirent toutes deux dans une crise d'euphorie. L'un de leurs interminables fous rires dont seules, elles, avaient le secret.
    « Cassandra Stacy Newton, vous avez été une vilaine petite fille. »
    La voix de leur père leur parvint. Rageuse. Les deux adolescentes tressaillirent. Elles échangèrent un regard équivoque. Becca se raidit à côté d'Ava. Ses grands yeux bleus s'écarquillèrent et elle se leva d'un mouvement souple. Ava lui jeta un regard froid. Les années avaient passées. Cassy avait grandi tout comme les vociférations de leur père. Quand la porte de la salle à manger claqua, faisant trembler toute la maison, la jeune louve se précipita silencieusement dans sa chambre tandis que Cassy s'enfermait dans la sienne. Ava s'installa devant son piano. Son père, comme sa mère n'avait jamais su la comprendre. Ni elle, ni même Cassy. Sibyllines êtres. Pourtant, la petite dernière clamait leur aide, leur attention, leur tendresse plus que quiconque. A sa manière, elle avait essayé de les guider. Elle leur avait d'abord tendu la main pour leur montrer la voie, leur faire comprendre qu'il n'y avait pas qu'une méthode pour éduquer un enfant mais plusieurs, que si cette éducation avait été adéquate pour ses sœurs, elle ne l'était pour elle. Puis les frasques s'étaient accrues face à l'indifférence et l'abandon de leur parents. Et c'était comme poser un panneau « au secours » devant un aveugle. Vain, parce qu'il ne voyait pas. Vain, parce qu'eux ne comprenaient pas. Confinés dans leur petite sphère de luxe, d'ordre et de volupté, Cassandra, exprimait à leurs yeux, la démence. Un silence pesant s'imposa dans la demeure des Newton. Ses doigts se posèrent doucement sur le clavier. Lentement, les notes prirent forme, envahissant la pièce, s'évadant de part et d'autre. La maison reprit vie. Les oreilles intriguées se détournèrent de la danse macabre jouée, épouvantés par ses intonations d'une beauté cruelle. Un chant, pareil à l'hiver suédois, sombre et sans lumière. Trop proche des méandres de leur âme. Une voix s'éleva toutefois dans une pièce voisine, se mêlant avec harmonie à la musique. Cassandre apparut à sa porte. Continuant à chanter, elle s'assit sur le lit de sa grande sœur, entourant ses genoux de ses bras. Ava leva ses yeux vers elle. La mélodie changea devenant plus entrainante.




    ~¤~ ~¤~ ~¤~


    « Les notes étaient devenues fades. Elles ne vivaient plus. Il n'y avait ni couleur, ni épice. Rien. Ma musique. Des notes plaquées sur un rythme hasardeux. N'ai-je donc rien à partager ? Parce que moi, je la cherche. Ava. Parfois, souvent, j'aimerais retourner dans le passé. Rembobiner la cassette. Où me suis-je perdue ? »
    Extrait du journal d'Ava Nyx Newton, 16 Mai (18 ans)


    « Recommence ! »

    Dans un souffle léger, tel un vent de printemps, le son fluet de la flûte traversière s'insinua dans la pièce. Un vent calme sans mouvement joué sur une andante paisible. Il y avait les notes. Il y avait des nuances. Il y avait... la démonstration pure et simple d'une technique parfaite. Ennuyeuse.
    « Stop », l'interrompit le vieil homme sèchement.
    Abaissant son instrument, elle le fixa droit dans les yeux, elle-même insatisfaite de sa prestation. Il y avait dans son regard une once d'impertinence et d'effronterie qu'il ne manquât pas de relever. Il le sentait. Elle était blessée dans son orgueil. Scrutant le regard de la jeune femme qu'il avait connu des années plus tôt alors qu'elle n'avait que sept ans, il y retrouva cette même enfant. Solitaire et passionnée. Mais aussi, perdue. Perdue dans sa propre passion, dans ses propres émotions. Une musique sans sentiment aussi parfaitement exécutée fut-elle, c'était une partition sans musique. Il était son professeur de violon et de flûte, aussi, il savait combien ses compétences musicales étaient grandes, combien son talent était délectable.

    « Ferme les yeux et respire. »
    La jeune femme s'exécuta, alors que le flûtiste soufflait les premières notes du morceau. Un son. Un univers. Une promenade le long d'un ruisseau. L'eau courante claironnait. Les oiseaux chantaient tandis que les bourgeons fleurissaient. Le paysage devenait plus resplendissant à mesure que la mélodie grandissait. Dans ce petit coin de paradis, elle se rappela la sensation qu'elle avait eu la première fois qu'elle l'avait entendu joué. Elle s'était sentie submergée, éprise d'un sentiment qu'elle n'avait jamais connu auparavant. Mais surtout, elle l'avait sentie. Elle la sentait. La musique. Quand les dernières notes s'arrêtèrent sur un point d'orgue, elle en respira les dernières saveurs. Il les laissa savamment s'évader.
    « Je sens la musique », sourit-elle avec un pointe de malice.
    « Je le sais. Mais tu n'es pas assez généreuse. Ton jeu est si fluide, ton son limpide, mais ta musique tellement fade. Il y a des gens aussi doués que toi dans notre monde. Il y a ceux d'entre eux auxquels on ne demandera jamais plus que ça. Mais toi, tu fais partie de ceux qui peuvent bien plus qu'une performance technique. Tu... respires la musique. Elle est en toi. Je la sens. Tu... quand tu joues je sens tout ce que tu as à partager, tout ce que tu as à donner mais que tu gardes pour toi. Et c'est frustrant parce que j'ai l'impression que tu as peur de laisser s'exprimer cette part de toi. N'aies pas peur car ton parfum est savoureux. »
    Elle ne cilla pas. Chaque parole était un coup cinglant de poignard comme une doucereuse hymne à la joie. Il y avait tellement d'espoir dans son propos mais aussi tellement de vérités plus dures à accepter qu'elle ne savait comment réagir. Elle avait peur. Être musicien, c'était accepté de se reconnaître soi puis d'offrir son monde en partage sans aucune avarice. Ava sentit sa propre vulnérabilité la submerger, la faire tressaillir. Venin versatile, il influait en elle tel un paralysant, l'empêchant de se mouvoir. C'était avec horreur qu'elle prenait conscience de ses propres faiblesses, elle, qui avait toujours observé tout un chacun allant jusqu'à analyser la moindre parcelle de leur humanité. Elle avait toujours eu raison. Seulement, à toujours regardé autour, elle s'était oubliée.
    «Je pars pour Moscou», lâcha-t-elle pour seule réponse d'une voix atone.
    Elle avait été admise au conservatoire national de musique de Moscou, elle avait appris la nouvelle dans la matinée. Y faire ses études lui avaient vaguement traversé l'esprit. Le discours de son professeur avait achevé de la décider. Elle avait besoin de se retrouver. De se consacrer à sa musique, à elle. Moscou était une occasion en or pour toutes ces raisons, d'autant plus que l'orchestre philharmonique lui avait proposé une place au poste de premier violon.



    ~¤~ ~¤~ ~¤~ ~¤~


    « Parce qu'il ne nous appartient pas de vivre pour autrui, nous ne pouvons que les regarder cheminer sur la voie choisie. Parce qu'il ne m'appartient pas de juger, je ne fais qu'observer dans le silence. Essayer de vivre pour soi, rien que pour soi, est la plus belle forme d'égoïsme qu'il soit. »
    Extrait du journal d'Ava Nyx Newton, 20 Août (24 ans)


    Déluge de robes somptueuses, de smokings et de bijoux flatteurs. Le hall était bondé, vêtu de ses plus beaux apparats. Les auditeurs convergeaient d'un même pas vers la salle de concert. Ils étaient venus écouter des sonates de Mozart, de Brahms et enfin une composition d'un jeune compositeur, intitulée « Perle d'illusion ». Encore méconnu, l'on disait de ce jeune compositeur avoir reçu tous les premiers prix à chaque concours depuis son entrée au conservatoire de Moscou. On le présageait, même, comme jeune étoile de la musique.

    Lorsque le chef d'orchestre fit son entrée, une foule d'applaudissement se fit, puis vint le silence succédé par de nouveaux applaudissements. Le directeur, d'une main élégante, enjoignit sa soliste à faire son entrée. Vêtue d'une robe blanche, Ava s'avança et vint le rejoindre sur les devants de la scène. Soliste et compositeur attendue de la soirée, les acclamations de son public l'accueillirent. Coiffée d'un chignon à la Grace Kelly, elle avait une allure sage et distinguée, mais aussi incroyablement froide. Cette froideur qui lui était propre intriguait son public attiré par cette fragile et délicate beauté pareille aux flocons de neige. Ava salua son public et plaça son instrument. Sa beauté classique s'accordait harmonieusement avec la demeure. D'une attaque franche, son archet trouva immédiatement le dialogue avec ses cordes et la musique s'envola emportant l'auditoire par monts et par vaux.

    Dernier coup d'archet. L'accord s'immortalisa dans la salle. Un silence profond, une tension palpable plana. Ce fameux silence qui suivait les morceaux des plus illustres et qui leur appartenait encore. Abaissant son archet l'auditoire se leva, l'applaudissant avec fièvre. Elle accepta un bouquet de fleurs avant de quitter la scène. Dans la salle de réception, l'on vint la féliciter. Elle trempa ses lèvres dans un verre de champagne, serra des mains, accepta de répondre à quelques questions, notamment sur sa décision de partir vivre à St.Petersbourg. Pourquoi un tel choix après s'être faite une place à Moscou ?

    « La musique, elle est partout. », avait-elle répondu.
    Puis, elle s'en était allée, irritée par ces effusions tant hypocrites que sincères. Elle partait pour mieux rester. Elle ne quittait rien à vrai dire. Elle se rapprochait seulement de sa famille. De ses précieuses petites sœurs sur lesquelles elle veillait tendrement.




Dernière édition par Ava N. Newton le Jeu 3 Juin - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Jeu 3 Juin - 11:55

    Fiche terminée Wink !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Psychedelicious witch
avatar

Messages : 172
Age : 36
Localisation : Sur mes pieds. Les deux.

WHO AM I ?
Rang: Sorcière de l'Assemblée
Pouvoir(s): Medium, Télépathe, Don de guérison
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Jeu 3 Juin - 18:48

Bienvenue !


« La vie oscille comme un pendule, de la souffrance à l'ennui ».
Arthur Schopenhauer





« Bonjour,

Jouet du temps, fragile représentant de la race humaine, il semblerait que vous ayez été choisi pour détenir le Secret. Vous, élu, si vous ne l'êtes pas encore, serez très bientôt élevé au rang de privilégié ! Il y a dans ce monde de nombreuses choses à découvrir !
Prenez donc ce briquet et ces quelques billes d'argent, des herbes aromatiques et autres amulettes, vous pourriez en avoir besoin dans votre exploration... »





(c) Ice cream
Bienvenue à vous au sein de notre communauté. N'ayez pas peur mon ami, vous êtes officiellement des nôtres et c'est avec joie que je vous invite à explorer les lieux. Pensez à remplir quelques formalités d'usage: fiches de liens, de RP, demandes d'habitat, de rang... Une fois cela fait, n'hésitez pas à vous amusez un peu et à écrire tant que vous le pourrez. Vous êtes ici pour cela après tout. Je me ferais une joie d'être votre guide parmi nous, si vous avez des questions ou des doutes. Soyez sans craintes, je ne vous ferais aucun mal, ce n'est pas dans mes habitudes.
Je suis au regret de vous quitter, j'ai une réunion sous peu et un rituel à terminer.

Soyez heureux !

Oh, je ne vous ai pas dit ! Très belle fiche jeune fille, vous avez une écriture délicieusement gracieuse. Cassandra se tient bien entendu à votre disposition pour toutes vos questions, quant à moi je vous compte parmi nous avec une grande joie ♥️

Leandra E. Wilson


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Dazzle me...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

avatar

Messages : 297
Age : 34
Localisation : Jamais loin !

WHO AM I ?
Rang: Sorcière Novice de l'Amnistia
Pouvoir(s): Médium, télépathe, télékinésiste.
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Jeu 3 Juin - 18:57

Bienvenue ^^

très jolie fiche, j'adore ton style d'écriture. J'espère que tu te plairas parmi nous =)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://russian-silence.vampire-legend.com
Azraël's blood bank
avatar

Messages : 41
Age : 29

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): /
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Jeu 3 Juin - 19:12

Hiiii soeurette ♥️♥️♥️

J'adore ta fiche et réserve-moi un RP

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Double compte de Léandra E. Wilson
Gif (c) Crazy Bunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Jeu 3 Juin - 23:29

    Merciii !!!

    Je suis toujours libre pour ma pite sœur, Cassy Wink !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 35
Localisation : Sur tes talons. Aiguilles de préférence...

WHO AM I ?
Rang:
Pouvoir(s): Télépathie, Télékinésie, pyrokinésie
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Ven 4 Juin - 0:07

Je vous souhaite la bienvenue jolie dame, en espérant que cette tête en l'air de Cassandra aura très bientôt la présence d'esprit de nous présenter... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Ven 4 Juin - 8:48

    Merci ! Je l'espère aussi !!

    Avec plaisir, naturellement =p !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 40

WHO AM I ?
Rang: Humaine. Juste humaine...
Pouvoir(s):
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Ven 4 Juin - 11:52

Bienvenue gracieuse humaine. La musique ? Quelle admirable passion...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Vous avez lu l'histoire de Bonnie and Clyde ?
Comment ils ont vécu, comment ils sont morts ?
Ca vous a plu, vous en demandez encore ?!
Eh bien écoutez l'histoire de Billie & Ace...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 13
Localisation : Somewhere over the rainbow =)

WHO AM I ?
Rang: Humaine
Pouvoir(s): aucun
Amis, amants, tourments :

MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   Ven 4 Juin - 19:51

Thanks =D !!

La danse en est une bien admirable également Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.   

Revenir en haut Aller en bas
 

On connaît par les fleurs l'excellence du fruit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Russian Silence :: 
" You're the One that I want ! "
 :: 
Fiches Validées
 :: 
" Promenons-nous dans les bois... "
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit